Origine des Espèces - Roger Dajoz

Publié le par Yélène

20120203-OrigineDesEspeces.jpgRoger Dajoz nous rappelle d'abord que Darwin, dans l'Origine des Espèces, écrivait que le bourdon assurait seul la pollinisation du trèfle rouge «parce que les autres abeilles ne pouvaient en atteindre le nectar». Par ailleurs, nous dit Roger Dajoz, le nombre de bourdons dépend, dans une grande mesure, des mulots qui détruisent leurs nids. La population de mulots, à son tour, dépend du nombre de chats pour lesquels ils sont une proie de choix. Les chats assurent donc la survie du trèfle rouge. Et, comme le trèfle rouge «sert de nourriture au bétail et que les marins mangent surtout de la viande de bœuf» ajoute Haeckel, un deuxième auteur cité par Roger Dajoz «les chats contribuent à faire de l'Angleterre une grande puissance maritime». Roger Dajoz termine sa savoureuse démonstration en citant un dernier auteur, Thomas Huxley, selon qui «les vieilles filles anglaises, en raison de leur amour immodéré pour les chats, seraient à l'origine de la puissance de la marine anglaise». Une interdépendance existe donc entre le trèfle rouge, les bourdons, les mulots, les chats, le bœuf, les marins et les vieilles filles anglaises. Qui s'en serait douté?

Publié dans 201202

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article